Projet de parc éolien offshore en baie de Saint-BrieucVal-André : 24km

Sommaire

Projet de parc éolien offshore en baie de Saint-Brieuc. 1

1-  Lancement de l’appel d’offres. 1

2-   Sélection du lauréat 2

 Description sommaire du projet  3

3-   Instance de concertation. 3

4-   Débat public

5-  Suite du projet 4


 

Lors d’un discours prononcé à St Nazaire le 25 janvier 2011, le Président de la République a annoncé que la baie de Saint-Brieuc était retenue parmi les sites devant recevoir des parcs d’éoliennes offshore fixes, soit 100 éoliennes pour une production de 500 MW.

Sept associations, dont l'AVA, se sont regroupées en un collectif des associations environnementales Costarmoricaines des côtes de Penthièvre et d'Emeraude (CAPE), afin de rechercher des informations, comprendre ce projet et en évaluer les conséquences directes et indirectes sur notre environnement et plus particulièrement sur les fonds marins, les incidences sur les zones de réserve naturelles et  Natura 2000, ainsi que les retombées économiques locales.
(Voir le n°25 de InfoAVA/mail du 28 février 2012).

1-       Lancement de l’appel d’offres

Le projet de parc éolien off-shore en baie de Saint-Brieuc a fait partie du premier appel d’offres éolien en mer lancé le 11 juillet 2011 par les ministères de l’écologie et de l’industrie pour 5 sites en France.

Devant les difficultés rencontrées pour constituer un dossier d’information fiable, transparent et factuel, et imaginant le déficit d’information auquel le public doit se trouver confronté, le CAPE a souhaité apporter sa contribution à l’information du public, en mettant à la disposition de tous nos concitoyens, et en toute ouverture d’esprit, cette somme d’information au cours de réunions portant plus particulièrement sur les thèmes suivants :

-           La problématique de l'énergie électrique en Bretagne,

-           Le projet éolien et le contenu de l'appel d'offre,

-           Les répercussions économiques possibles,

-           Les répercussions possibles sur l'environnement,

-           Les alternatives possibles.

Une conférence-débat a ainsi été organisée à Pléneuf-Val- André le 26 août 2011.  (Voir les documents présentés : [Télécharger Eoliennes2011-08.pdf] 8,64  Mo).

Une 13ème réunion s'est également tenue à Fréhel le 23 février 2013. (Voir les documents présentés :  [Télécharger CAPE_FREHEL23022013.pdf] 4,29 Mo).

Il apparait que les énergies renouvelables devraient s’inscrire dans un processus de développement durable et ne pas mettre en péril l’écosystème marin de la baie « ESPACE REMARQUABLE ». Une véritable étude d’impact « indépendante » serait ainsi nécessaire pour mesurer l’impact REEL du projet. Or le cahier des charges de l’appel d’offres ne prévoit qu’une simple note sur l’impact du projet sur l’environnement jointe au dossier de candidature, et il laisse le soin aux lauréats, une fois désignés, d’établir l’étude d’incidence Natura 2000 et l’étude d’impact proprement dite.

Dans ces conditions l’AVA s’est jointe aux associations du collectif pour formuler un recours gracieux en vue d’obtenir le retrait de cet appel d’offres. 

En outre, une synthèse des informations recueillies a été adressée par le CAPE à nos élus et aux autorités de l’Etat, en référence notamment au Schéma de Cohérence Territoriale qui recommande de s’impliquer dans l’organisation de l’implantation  des éoliennes, en prenant en compte les diverses contraintes locales.

Il apparait nécessaire d'agir tout d'abord sur la maîtrise de la demande puis de promouvoir un programme de développement des énergies renouvelables qui soit prédictible et peu impactant pour l'environnement. Les énergies marines sont à privilégier pour la Bretagne, sans oublier les énergies renouvelables comme la géothermie profonde. En un mot créer un « mix » énergétique varié et non mettre tous les œufs dans le même panier. Le CAPE aurait ainsi voulu :

•           Que le lancement de l'appel d'offres soit précédé d'une étude d'impact indépendante.

•          Que des plates formes d'observation des milieux soient mises en place et qu'une étude stratégique soit menée afin de déterminer la possible délimitation des zones d'implantation et cela en parfaite transparence avec la population et non dans la précipitation et l'opacité qui caractérise les projets Français.

L’association « France Nature Environnement » (FNE) a, de son côté, pris position à la fois sur l’intérêt de l’énergie éolienne en synergie avec les autres énergies renouvelables et sur les précautions à prendre pour le choix des sites et la réalisation de chaque projet (voir la position de FNE, validée le 6/01/2012). Comme le CAPE, FNE demande la réalisation par l'État des études d’impacts préalables aux appels d’offres pour la mise en place de parcs d’éoliennes en mer ; cette étude serait remboursée ensuite par le porteur du projet retenu. En outre le CAPE constate que les précautions préconisées n’ont pas été prises pour le projet des éoliennes de la baie de Saint-Brieuc.

Afin d'être en mesure de peser sur les décisions et appuyer la position du collectif une pétition a été mise en place demandant :

-         Que des études économique et écologique sérieuses soient réalisées par des organismes compétents,

-     Que le programme de maîtrise de la consommation d’énergie, notamment par l’isolation des bâtiments soit beaucoup plus ambitieux : l’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas.

-          Que le programme de développement des énergies renouvelables locales, avec au premier rang les énergies marines, soit accéléré,

-         Que l’énergie du vent soit exploitée en utilisant la technologie flottante moins agressive pour les  fonds marins et moins impactante pour les paysages et les usages maritimes, du fait d’un éloignement plus important des côtes.

2-       Sélection du lauréat

L’appel d’offres a néanmoins été mené à son terme et les résultats en ont été rendus publics le 6 avril 2012.

Pour la Bretagne, ont été retenus :

-   pour la partie Parc éolien : le consortium « Ailes Marines » créé par IBERDROLA et EOLE RES en partenariat avec NEOEN MARINE pour la phase développement, AREVA pour la fourniture des éoliennes, Technip pour l’ingénierie, la construction et l’installation

-        pour la partie raccordement :  RTE : réseau de transport d’électricité

Description sommaire du projet :

Pour le parc éolien :

Puissance installée : 500 MW pour une production de 1750 Gwh par an

Nombre d’éoliennes : 100 réparties sur 8 rangées

Superficie du projet 80 km²

Profondeur moyenne au sein du parc : -34 m

Câblage inter-machine 120 km et distance inter-câble 1 km

Le montant de l'investissement est de 2 milliards d'euros, hors raccordement au réseau électrique.
situation
EOLIEN_MER

Caractéristiques d’une éolienne :

-          Poids : 349 T

-          Hauteur : 170 m

-          Puissance unitaire 5 MW

-          Diamètre 135 m

-          Longueur des pâles 66 m

-          Fondations de type tripode et jacket

Les éoliennes culmineraient à 175 m au-dessus de l'eau.
Les plus proches seraient situées à 16,2 km du Cap Fréhel et 17 km du Cap d'Erquy.

Pour le raccordement du parc au réseau de transport :

1 Poste offshore qui centralise la production des aérogénérateurs

2 tricâbles sous-marins pour évacuer la production du parc (28 cm de diamètre, 120 kg au mètre linéaire, distance inter-câble : 3 fois la hauteur d’eau)

1 jonction d’atterrage

2 liaisons comportant chacune 3 câbles terrestres pour rejoindre le poste de transformation de RTE (distance inter- liaison 1,30m mini)

Solutions étudiées pour l’atterrage : via Saint Quay Portrieux, Plerin ou Erquy (choix non encore finalisé en août 2012)

Aspects socio-économiques du projet :

2 milliards d’euros d’investissement

2000 emplois essentiellement dans le grand Ouest et environ 1000 pour la Bretagne.

Aménagement d’un port de maintenance. 

Calendrier du projet

Le calendrier prévisionnel du projet prévoit que 20 % des éoliennes seront installées en 2018, 50 % en 2019 et 100 % en 2020.

Site internet

Le consortium Ailes Marines SAS a ouvert un site internet du projet accssible à l'adresse : http://www.eolienoffshoresaintbrieuc.com

3-       Instance de concertation

Suite à la sélection du lauréat, une instance de concertation : l’« instance de suivi et de concertation de l’éolien en mer en baie de Saint-Brieuc», prévue dans l’appel d’offre à l’article 6 4 1 du cahier des charge, a été créée par arrêté du 16 mai 2012 cosigné par le Préfet de la Région Bretagne, le Préfet Maritime de l’atlantique et le Préfet des Côtes d’Armor. Le collectif CAPE participe à cette instance de concertation « Parc éolien de la baie de Saint-Brieuc ».

Lors de la première réunion de l’instance de concertation, le 12 septembre 2012, le consortium Ailes Marines SAS, après une présentation synthétique du projet et des principales étapes du calendrier et a présenté les protocoles des études environnementales (voir le diaporama présenté [Diaporama Ailes Marines validé.pdf] 2,88 Mo).

Le collectif CAPE a rencontré le 22 octobre les représentant du consortium, notamment à propos des études d’impact et de leur déroulement.

Une plateforme de forage a ainsi été installée sur le site pour sonder les fonds.

Pour faire à nouveau le point sur le projet, le collectif CAPE a organisé une réunion à Erquy le 3 novembre sur :

- les impacts environnementaux du projet dont l’étude des conditions de réalisation est en cours,

- les conséquences d’une part sur la pêche, d’autre part sur l’économie régionale, notamment sur l’emploi,

- les conséquences du coût de cette énergie éolienne sur le prix de l’électricité facturé aux consommateurs (notons que ce dernier point n’a pas évoqué dans le face-à-face promoteurs/entreprises/administration et que les représentants du consortium ont refusé d’en parler lors de la réunion du 22 octobre 2012 avec CAPE).

Par ailleurs le consortium a signé une convention de collaboration avec les représentants de la pêche.

L’instance de concertation 22 « projet de parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc » s’est à nouveau réunie le 25 octobre ; elle se réunira encore en février 2013, avant de suspendre provisoirement son activité pendant tout le déroulement du débat public CNDP.

4-       Débat Public 

Commission Nationale du Débat Public

La Commission nationale du débat public (CNDP) a décidé que le projet de parc éolien en mer de Saint-Brieuc devait faire l'objet d'un débat public. Pour la commission, le projet revêt un caractère d'intérêt national en raison de la disposition de la loi Grenelle 1 qui fixe à au moins 23% la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique nationale d'ici à 2020 et du fait de l'objectif de l'arrêté du 15 décembre 2009 fixant à 6 000 MW les installations éoliennes en mer et d'énergies marines à l'horizon 2020.

La Commission considère également, à l'appui de sa décision, que les impacts du projet sur l'environnement, l'avifaune, les mammifères marins, la visibilité et le paysage sont significatifs, tout comme les impacts des aménagements connexes (raccordement au réseau électrique national et installations portuaires) sur l'environnement. Enfin, elle juge les enjeux socio-économiques du projet importants «en raison de l'activité générée pendant la construction du parc et la création d'une filière industrielle et de ses impacts sur la navigation maritime, la pêche et le tourisme».

Commission Particulière du Débat Public

Une commission particulière du débat public (CPDP) de 7 membres, présidée par M. Antoine Dubout, a ainsi été installée.

Cette CPDP pour le parc éolien en mer de Saint-Brieuc a été localisée à LANGUEUX près de Saint-Brieuc. Elle y disposait de bureaux et d'un secrétariat ; le secrétaire général y était basé. Un site informatique a été dédié à ce débat :  http://www.debatpublic-eoliennesenmer22.org

Le collectif CAPE a rencontré vendredi 26 octobre 2012 un membre de la "commission particulière SAINT-BRIEUC de la CNDP" représentant son président empêché ; le secrétaire général de la CPDP était également présent.

Organisation du Débat Public

L'organisation d'un débat public prend normalement six mois. Celui pour le parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc a débuté le 28 mars 2013, et aura duré 4 mois jusqu'au 23 juillet 2013. 

Son objectif était de statuer sur l'opportunité du projet au travers de 11 réunions (très formalisées) de 3 heures chacune, au cours desquelles les participants/intervenants ont eu individuellement 3 minutes maximum pour présenter leurs arguments. Il n'y a pas eu de restriction géographique pour les intervenants, tout citoyen, association, entreprise, commune, etc., a ainsi eu la possibilité de le faire quel que soit son lieu de résidence en France.

Ce débat a été ouvert le jeudi 28 mars à 19 heures à Saint-Brieuc, salle de Robien pour une présentation générale du projet, et s'est terminé le mardi  23 juillet par une réunion de synthèse également à Saint-Brieuc, au Palais des Congrès et des Expositions - Auditorium Le Grand Léjon.

Toutes ces réunions étaient publiques et chacun étant invité à une participation active (en position d’ « acteur ») : il ne s’agissait pas de simples réunions d’information. Un « acteur » pouvait donc être un particulier, une association, un collectif. En dehors du débat public en réunion, chaque « acteur » pouvait établir une contribution écrite ; ces contributions ont été éditées et publiées par la Commission Particulière du Débat Public.

 Le dossier de présentation du maître d'ouvrage (DMO) du projet éolien en mer en baie de Saint-Brieuc était également en ligne sur le site internet de la CPDP, dans la rubrique « S'informer ». 
Il est divisé en cinq grands chapitres : 
1. Pourquoi un parc éolien en mer en baie de Saint-Brieuc ?
2. La définition du projet.
3. Le projet en phase de fabrication et d'installation.
4. Le projet en phase d'exploitation.
5. L'après-débat public et le calendrier du projet.

Le site internet du débat public offre la possibilité de découvrir différents documents donnant un éclairage sur le débat public, sa législation, ses règles et ses modalités d’organisation et deviendra interactif durant le débat public.

En outre un dossier a été distribué dans les boîtes aux lettres des particuliers de toutes les communes du littoral entre BREHAT et LANCIEUX début mars 2013.

Il a été demandé à chaque intervenant de constituer un "cahier d'acteur" édité et financé par le CNDP.

Pour aider chacun à se foger sa propre opinion et l'éclairer en vue de participer au Débat Public, le collectif  CAPE a édité un feuillet donnant les informations sur : 

- le contexte énergétique qui a conduit nos décideurs à  lancer ce projet,

- ses caractéristiques techniques et financières,

- les impacts économiques et écologiques,

- les interrogations qu’ils suggèrent.

Voir également le "cahier d'acteur" déposé par CAPE.

Conclusions du Débat Public

Ainsi, une très large information du public a été réalisée ; il ne semble pas qu’on puisse faire vraiment mieux. Cependant les débats ont révélé ou confirmé les limites du débat public,
limites induites ou dérivées (voir l'éditorial de La Lettre de l'AVA n°46 de mai-juin 2013.

Il a néanmoins permis au public de s'interroger et d'exprimer ses craintes. La Lettre de l'AVA n°47 de juillet-octobre 2013, page 9, relève les principales questions que soulève le projet :

    - Quelle politique énergétique pour la Bretagne ?

    - Quelles conséquences socio-économiques ?

    - Quelles conséquences sur l'environnement ?

A l'issue du débat public, la CPDP a publié un compte-rendu de ce débat. De son côté, la CNDP en a dressé un bilan. Ces deux documents ont été rendus public le 19 septembre 2013 et publiés sur le site internet de la CPDP.

De son côté le collectif CAPE a diffusé un fascicule 'l'éolien c'est votre affaire".

5- Suite du projet 

Décision du maître d'ouvrage

Par décision du 12 décembre 2013, le maître d’ouvrage, Ailes Marines SAS, a décidé :

    1. de poursuivre le projet de parc éolien en mer de la Baie de Saint-Brieuc,

    2. de confirmer les caractéristiques du projet telles que présentées lors du débat,

    3. de mettre en place des mesures concernant les économies d'énergie, les retombées socio-économiques locales, le paysage et le tourisme, la biodiversité et le maintien des usages de la mer,

    4. de poursuivre et d'élargire la concertation, en maintenant notamment le site internet du projet : http://www.eolienoffshoresaintbrieuc.com.

Cette décision a été publiée sur le site internet de la CPDP : http://www.debatpublic-eoliennesenmer22.org.

Enquêtes publiques

A la demande de la CNDP, les enquêtes publiques au terme de l'élaboration du projet devront porter simulanément sur le parc éolien et son raccordement. 

Port de servitude

La décision concernant le/les ports de servitude du parc éolien en mer de Saint-Brieuc sera prise par le préfet maritime après la période de débat public. Ce point a été également précisé par le président du Conseil Général 22 en séance de l'instance de concertation22 le 25 octobre 2012 à Saint-Brieuc. Il y aura également un passage en commission nautique avant le débat public. Au titre de notre citoyenneté communautaire Côte de Penthièvre l'AVA soutient la candidature d’Erquy à la maintenance des éoliennes, à laquelle sont également candidats Saint-Quay et Saint-Cast. Voir La Lettre de l'AVA n°43, p.9.

Elément du "schéma énergie" arrêté par la Région Bretagne

Le "schéma énergie" arrêté par le Région Bretagne vise, pour la période 2013/2018, à :
- baisser de 26% la dépendance aux énergies fossiles,
- augmenter de 28% la part des énergies renouvelables,
- procéder à la rénovation hermique de 45 000 habitations par an.
La création d'un parc de 100 éoliennes en baie de saint-Brieuc est l'un des équipements qui doivent contribuer à atteindre l'objectif d'accroître de 28% la part desz énergies renouvelables. Voir l'information publiée pp. 7 et 8 de La Lettre de l'AVA n° 49 de janvier-février 2014.

Evolution du projet

Le choix des fondations de type « jacket » a permis au promoteur d’emporter le marché au détriment de ses concurrents. En mai 2014, après plus de deux années d’étude de la nature des fonds marins, le promoteur annonce retenir des fondations gravitaires, puis en juillet, après « réflexion », retour aux fondations « jacket » pour des éoliennes qui changent de puissance et de taille : 8MW au lieu de 5MW, 215 m au lieu de 175 m avec réduction du nombre de 100 à 62. Avec des pâles de 90 m de long, la surface brassée par chacune de ces géantes serait de 25 447 m2.

Raccordement terrestre

La société RTE (Réseau Transport Electricité) chargé de ce raccordement envisage que les câbles transportant l’électricité soient ensouillés pour atterrir sur la plage de Caroual à Erquy puis enterrés pour rejoindre le poste du réseau national de la Doberie en commune d’Hénansal. Il s’agirait de deux câbles triphasés de 225 000 volts chacun ; le raccordement entre les câbles sous-marins et souterrains est prévu au niveau d’un parking pour voitures attenant à la plage (plage des activités nautiques et de loisirs à Erquy).
Malgré plusieurs réunions d’information auprès de la population les inquiétudes manifestées par les habitants, à l'égard du risque sanitare des champs electro-magnétiques des lignes à haute tension, restent vives. Voir la lettre du 18 août 2014 adressée par l'association pour la protection des sites d'Erquy et de ses environs (APSEE Erquy environnement) au Préfet de Région.
Afin d'appréhender en toute objectivité cette question du danger pour la santé, l'association Erquy Environnement organise, le 6 août 2015, une conférence animée par le Centre de Recherche et d'Information Indépendantes sur les Rayonnements Electromagnétiques.

Bien qu'arrivé à un stade avancé, ce projet ne peut-il être remis en cause, comme le propose le "Collectif des Associations Environnementales des Côtes de Penthièvre et d'Emeraude (CAPE)" dont l'AVA est membre ? (Voir l'information pp. 7 et 8 de La Lettre de l'AVA n° 49 de janvier-février 2014).
Parmi les argument développés, voir les diaporamas l'imposture et impressionnant

L'association Gardez les Caps a relayé le collectif en organisant plusieurs actions :
gardez les caps
- Conférence au Cinéland de Saint-Brieuc le 30 janvier 2014 (voir l'argumentaire) :
    - L'économie littorale des Côtes d'Armor est remise en cause,
    - Sans contreparties : les promesse d'emploi sont contradictoires avec le rapport de la Cour des Comptes de 2013,
    - Un projet opaque.
- Communiqué de presse du 26 mai 2014 : L'enfumage continue,
- Réunion publique d'information à la salle des fêtes de Plévenon, le 4 août 2014 : NON à l’industrialisation de la Baie de Saint-Brieuc
- Réunion publique d'information/débat, salle du Gémadeuc à Pléneuf-Val-André, le 11 août 2014. Voir le communiqué de presse et  l'appel aux Maires et Conseillers Municipaux, qui va être placardé sur le littoral des 2 baies de Saint-Brieuc et de Saint-Malo .
- Communiqué de presse du 12 juin 2015, dénonçant le grand bluff des photomontages : Téléchargez le diaporama de la démonstration scientifique

- Réunion publique d'information/débat, salle du Gémadeuc à Pléneuf-Val-André, le 8 août 2015, à 17 h30, salle du Gémadeuc à Pléneuf-Val-André, l'initiative de l'Amicale Plaisance Pêche de Pléneuf-Val-André (A3PVA) :  Il est possible de bloquer le projet de 62 éoliennes de 216 mètres de hauteur en baie de Saint-Brieuc !